Au Bois des Eldars - Le forum
AVERTISSEMENTS

Bonjour,

Nos conseils ne vont à l'encontre d'aucune croyance ni pratique.

Ils ne remplacent en aucune façon les conseils de votre médecin, ni aucun traitement médical...

Merci

Au Bois des Eldars - Le forum

Parapsychologie, Esotérisme, Nature, Psychologie, Sciences, Minéraux...
 
PortailAccueilConnexionS'enregistrer
Rechercher
 
 

Résultats par :
 

 


Rechercher Recherche avancée

Partagez | 
 

 MAYAS : CALENDRIER TZOLKIN

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Crakte Iyo Ctana

avatar

Nombre de messages : 832
Age : 36
Localisation : Là où le vent me pousse.............
Date d'inscription : 02/05/2010

MessageSujet: MAYAS : CALENDRIER TZOLKIN   Mer 11 Avr 2012 - 11:02

Calendrier Tzolk'in :


Le calendrier Tzolk'in est basé sur un cycle de 13 * 20 = 260 jours à caractère divinatoire et religieux du calendrier maya.
Ce calendrier rituel de 260 jours est commun à toutes les civilisation précolombienne de la Mésoamérique (l es Nahuas l'appelaient tonalpohualli ). L'origine de ce calendrier est obscure. Les plus anciennes attestations remontent à 650 av. J.-C. dans des noms calendaires.




Structure :

C'est le produit d'un cycle de 13 rangs « a » (numéros allant de 1 à 13) et d'un cycle ordonné de 20 signes« X » de jours. Le premier signe est lu Imix, il est suivi par Ik. Le dernier est Ahau. Un jour du tzolk'in se dit « a X », par exemple 4 Ahau est la très célèbre date du « jour origine » associé à un lever de Vénus. La loi de succession est : successeur de « a X » = successeur de « a » successeur de « X » : 1 Imix, 2 Ik, 3 Akbal, 4 Kan... (le successeur de 13 est 1, et celui de Ahau est Imix).
La combinaison d'une date du calendrier tzolk'in avec une date du calendrier Haab se représente une fois tous les 18 980 jours (52 ha'ab ou 73 tzolk'in), ce qui fait de cette période, souvent appelée Calendar Round ou Calendrier Rituel, l'équivalent d'un "siècle" dans le calendrier grégorien actuellement en usage dans de très nombreux pays essentiellement du monde occidental. Les dates CR ont deux constituants : une date tzolk'in et une date ha'ab, par exemple : 4 Ahau 8 Cumku. À noter que les spécialistes (archéologues, épigraphistes) n'ont trouvé, chez les Aztèques, aucune date CR parce que les Aztèques n'ont pas écrit de dates équivalentes aux dates ha'ab des Mayas.


Jours et glyphes :


Voici les 20 signes de jour du Tzolk'in








ECRITURE MAYAS :

Les Mayas développèrent un système d'écriture très complet et parmi les plus avancés d'Amérique. Ils ont écrit des textes dans différents domaines.
On sait qu'ils ont écrit des textes dans différents domaines (médecine, botanique, histoire, mathématique, astronomie,...). En raison du zèle des moines franciscains venus avec les conquistadores, à vouloir évangéliser le continent, peu de textes, peu de codex nous sont parvenus, parce que détruits, brûlés. En 1562, l'évêque franciscain Diego de Landa, considérant ces livres comme des "écrits du diable", décide de les brûler en public. On en compta alors 27 codex.
Les codex sont de longues bandes d'écorce de ficus, de fibres végétales d'agaves ou de peaux d'animaux battues, imprégnées de résine puis recouvertes d'une légères couche de chaux morte sur laquelle sont peints des glyphes, des chiffres, des images de dieux et d'animaux, toujours avec les mêmes couleurs : noir, jaune, vert, bleu et rouge. Ces bandes sont larges de 25cm environ mais longues de plusieurs mètres et repliées en accordéon. Ils étaient exclusivement réalisés/rédigés par le « tlacuilo ». Compte tenu de leur valeur, les codex étaient revêtus d'une couverture en peau de jaguar.
Aujourd'hui, on n'en compte plus que quatre, dont un particulièrement mal conservé : le codex de Dresden (du XIII ème siècle, et traitant d'astronomie et d'art divinatoire), le codex de Paris (du XIII ème siècle, traitant d'art divinatoire et de prophéties), le codex de Madrid (qui contient un horoscope et un almanach), le codex de Grolier (mal conservé, et qui traite d'astronomie et affiche un calendrier complet).


MATHEMATIQUES MAYAS :


Les mathématiques mayas sont fractales.
De nombreux scientifiques impliqués dans la nouvelle physique ont étudié la cosmologie maya et ont trouvé des théories mayas qui correspondent aux leurs . Dans le domaine de la théorie du chaos on a reconnu que les Mayas connaissaient et vivaient les ordres non-linéaires, et avaient de ce fait une perception mondiale basée sur l'équilibre rationnel et la compréhension intuitive des ordres non-linéaires. Dans les quinze dernières années, les ordres non linéaires ont été au centre de la théorie du chaos. Il est maintenant reconnu par des scientifiques occidentaux que ces ordres non-linéaires tissent un lien fondamental entre la nature de la réalité et l’esprit.
1 KIN = 1 jour
1 UINAL = 20 kins
1 TUN = 18 uinals = 360 kins (18 mois de 20 jours + 5 jours uayeb = le Haab, calendrier civil maya)
1 KATUN = 20 tuns = 7200 kins
1 BAKTUN = 20 katuns = 144 000 Kins
13 BAKTUN = 13 X 2O Katuns = 1 soleil = 5200 ans
5 soleils = 26 000 ans = géstation de la Terre
Dans le langage maya Tzolkin signifie « compte des jours » (tzol : compte, kin : jour).
Le Tzolkin est une matrice de 260 permutations qui combinent treize fréquences ou tonalités galactiques avec vingt archétypes ou glyphes solaires. Cette combinaison crée la fréquence de Temps universel 13 : 20. Ces 260 pulsations symboliques créent le champ résonnant complet que nous expérimentons comme réalité.
Le compte des 260 kins représente un « tour galactique », un fractal des 26 000 ans de la précession et du nombre d’années que met notre système solaire pour faire le tour d’Alcyone, le soleil central des Pléiades. Le tzolkin est aussi codifié dans les 9 mois ou lunes (9 x 28=260) de gestation lors de la reproduction humaine.
Le Tzolkin se synchronise avec le calendrier des treize lunes tous les 52 ans.
Une onde enchantée est une vague qui pulse selon un rythme de 13 unités, les 13 tonalités galactiques.


LES TREIZE TONS DE LA CRÉATION :

Les 13 tonalités sont codifiées dans nos 13 principales articulations. Chaque tonalité est une fréquence de mouvement, c’est le pouvoir que chaque personne détient pour accomplir sa mission ; ce pouvoir détermine la façon d’agir de chaque être ou énergie, et son comportement relationnel avec les autres.

TON//////////////POUVOIR/////ACTION///////////////ESSENCE
magnétique//////Unifie/////////////Attire///////////////////////But
lunaire///////////Polarise///////////Stabilise //////////////////Défi
électrique///////Active//////////////Unifie/////////////////////Service
auto-existent////Définit/////////////Mesure////////////////////Forme
harmonique///Commande////////Prend le pouvoir//////Radiance
rythmique//////Organise///////////Equilibre/////////////////Egalité
résonant////////Canalise////////////Inspire////////////////////Harmonie
galactique ////Harmonise/////////Modèle///////////////Intégrité
solaire///////////Pulse////////////////Réalise///////////////////Intention
planétaire/////Perfectionne//////Produit///////////////////Manifestation
spectral/////////Dissous////////////S'abandonne////////////Libération
cristal/////////Dédie////////////////Universalise/////////////Coopération
cosmique/////Confronte/////////Transcend////////////Présence


Le calendrier maya était la version maya du calendrier mésoaméricain, composé de différents système calendaire évoluant de manière concomitante. Il se composait d'un calendrier sacré, Tzolk'in (ou Bucxok), cyclique sur 260 jours, d'un calendrier solaire, Haab, cyclique sur 365 jours, et du compte long qui faisait le lien entre les deux précédents calendriers.
Description des principaux cycles du calendrier maya :
La vie des Mayas était structurée par deux calendriers :
- le tzolkin, « année » non numérotée de 260 jours (ou uin), à caractère divinatoire et religieux. Ce calendrier est composé de vingt mois de treize jours chacun.
- le haab, « année vague » non numérotée de 365 jours, à caractère civil. Ce calendrier comporte dix-huit mois (uinal) de vingt jours chacun, plus cinq jours additionnels nommés uayeb.
Ces deux calendriers se synchronisent toutes les 52 années solaires (18 980 jours).
Le compte long est un décompte permettant de faire le lien entre le haab et le tzolkin et d'établir la position d'un événement historique donné dans les deux systèmes. Le système est majoritairement vingésimal (base 20), c'est-à-dire que chaque unité du compte est égale à vingt sous-unités, avec l'exception de la deuxième position (tun), qui correspond à 18 uinal, afin qu'un tun corresponde à 360 kin, soit une durée proche de l'année solaire.
Certaines inscriptions mayas liées au compte long sont complétées par ce qu'on nomme série lunaire, une autre forme du calendrier qui fournit une indication sur la phase lunaire.
Les Mayas utilisaient aussi une autre façon de mesurer le temps, à partir des cycles solaires (équinoxes et solstices), les cycles vénusiens qui suivent les apparitions et conjonctions de Vénus à l'aube et au crépuscule. De nombreux événements de ce cycle étaient indésirables et associés au mal, et les guerres ont parfois été coordonnées pour coïncider avec les phases de ce cycle.
Enfin, les cycles sont associés à différents dieux et événements cosmique. Ainsi, le cinquième soleil représente la fin d'un cycle stellaire associé à la lune et le début d'une nouvelle période appelée sixième soleil associé au retour de Kukulkan.


Compte long :

Le compte long est un système de datation antique caractéristique de la civilisation maya de l'Epoque classique, et dont l'usage omniprésent la distingue de toutes les autres civilisations mésoaméricaines. Il convient pourtant de faire remarquer que les premières inscriptions en compte long ont été découvertes en dehors de l'aire maya, dans la région de l'Isthme de Tehuantepec. Citons la célèbre stèle C de Tres Zapotes, dont la date correspondrait à -31, du moins si le point de départ du calendrier local correspond à celui de la corrélation GMT.
Comme les autres civilisations de la Mésoamérique, les Mayas connaissaient deux types de calendrier : le calendrier Tzolk'in, calendrier rituel de 260 jours et le calendrier Haab, calendrier solaire, composé de 365 jours. Ils employaient couramment un troisième type de datation extrêmement précis : le compte long. Le point de départ de cette datation est le 11 août 3114 av. J.-C..
Les scribes mayas développèrent un système vigésimal d'unités de mesure du temps (les glyphes de période) dont l'unité principale fut le « tun » ou période de 360 jours. Le système des multiples du « tun » est ouvert et parfaitement vigésimal : 1 katun = 20 tun, 1 baktun = 20 katun, etc.
Ils développèrent aussi un sous-système d'unités de mesure de temps, le uinal (18e partie du tun) et le kin (20e partie du uinal).
Selon les conceptions cosmogoniques que les Mayas partageaient avec les autres civilisations mésoaméricaines, les dieux faisaient et défaisaient régulièrement le monde. Il n'y a donc pas un monde créé, ou une création, mais une suite vraisemblablement ouverte de créations. On pense que chacune dure 13 baktun. Pour les scribes du Classique, la création en cours avait commencé un 4 Ahau 8 Cumku (date dans le Calendrier Rituel de 18980 jours).
Les scribes pouvaient donc aussi noter les dates en comptant (non pas les années mais) les jours écoulés depuis l'origine de la création en cours. L'écriture de cette durée écoulée depuis l'origine se faisait à l'aide du système des unités de temps, c'est-à-dire en tun, katun etc. À l'époque classique, il s'était écoulé un nombre de jours de l'ordre du million, soit, en notation vigésimale, des nombres comme 9.13.12.0.0.

C'est la notation dite du « Compte Long » ou, selon une terminologie plus ancienne, que l'on doit à Alfred Maudslay, des « Séries Initiales » (parce que la plupart des inscriptions maya de l'époque classique débutaient par ce type de dates).
Sur une stèle, une date en compte long apparaît de la manière suivante, dans l'ordre :
- le glyphes d'introduction, dont la partie centrale, variable, est le glyphe de la divinité du mois correspondant du calendrier haab et dont la partie fixe dit que sous les auspices du patron du mois on compte les katun (les tun à l'époque préclassique) ; viennent ensuite en colonne par groupe de deux glyphes :
- le nombre de baktuns écoulés depuis le point zéro du calendrier ;
- le nombre de katuns ;
- le nombre de tuns ;
- le nombre de uinals ;
- le nombre de kins.

Notons que, pour indiquer qu'un ordre d'unités est vide, les Mayas utilisaient un glyphe ayant la forme d'une coquille, l'équivalent de notre zéro. Par exemple, lorsqu'un mayaniste note une date de la façon suivante : 9.17.0.0.0, il faut comprendre que 9 baktuns, 17 katuns, 0 tun, 0 uinal, 0 kin se sont écoulés depuis ce point zéro.
- le chiffre et le nom du jour dans le Tzolk'in ;
- le nom d'un des Neuf Seigneurs de la Nuit correspondant à cette date ;
- un glyphe F, dont nous ne connaissons pas la signification exacte ;
- cinq glyphes liés au cycle lunaire ;
- la date dans le calendrier Haab.

Il existe des unités supérieures au baktun : un kinchiltun équivaut à plus de trois millions d'années ! Les Mayas croyaient à l'existence de cycles de 13 baktuns, c'est-à-dire approximativement 5125 années solaires, en relation avec le positionnement des planètes du système solaire. L'univers actuel aurait été « créé » en 3114 avant J.-C. (la date exacte en compte long est 13.0.0.0.0 4 Ahau 8 Cumku, que l'on trouve sur la Stèle C de Quiriguà).
Une autre référence au mois d'août 3114 avant J.-C. se trouve sur la stèle 10 de Tikal. D'après la page 168 de la référence (p. 168) : « Les composants présentés ici ont été sélectionnés sur la base de la question de l'origine du Compte Long dont l'étendue couvre la distance temporelle séparant le début du présent supercycle historique, un jour d'août 3114 av. J.-C., de sa fin, un jour de décembre 2012, selon la corrélation GMT. Ce jour d'août 3114 av. J.-C. n'est pas celui du commencement de toutes choses comme le suggère la date sculptée sur la stèle 10 de Tikal : celle-ci fait référence à un jour antérieur de près de 5 millions d'années relativement à la date d'érection du monument. » Les théories relatives à la « fin du monde » le 21 décembre 2012 partent donc d'une conception erronée du calendrier maya car il ne peut évidemment s'agir que de la fin d'un monde, c'est-à-dire du supercycle de 13 baktuns (5 125 ans environ) commencé en août 3114 avant notre ère. D'après R.J. Sharer, ce supercycle se terminera le 21 décembre 2012, tandis que pour L. Schele et D. Freidel, ce serait plutôt le 23 décembre 2012 (p. 168 ).
Ce système typique de l'Epoque classique disparaît des stèles et des monuments au X ème siècle. La dernière date connue de fin de baktun en compte long gravée sur un monument provient du site de Toninà : 10.4.0.0.0, c'est-à-dire 909. À l'Epoque post-classique, ne subsiste sur les monuments qu'un système simplifié, de « compte court », composé de périodes de 13 katuns, c'est-à-dire 260 ans.
Comment faire correspondre une date en compte long à une date de notre calendrier ? On se fonde sur des événements de l'époque de la colonisation espagnole (XVIe siècle) attestés à la fois en « compte court » et en calendrier julien, par exemple la fondation de la ville de Mérida ( Mexique ), le 6 janvier 1542 :
« En l'an 1542, 1 Pop tombant sur le 13 K'an, les Espagnols fondèrent une colonie à Tiho (c'est-à-dire Mérida)... » (extrait des Annales d'Oxkutzcab). »
Ensuite on établit une corrélation entre le compte court et le compte long de l'époque classique. Il existe plusieurs systèmes de corrélation. La plupart des spécialistes suivent la corrélation GMT. Il suffit alors de faire la conversion en calendrier julien et puis en calendrier grégorien. Des datations au carbone 14 de linteau en bois datés retrouvés à Tikal confirment la validité du système GMT.

Pour les Mayas, les plus importants cycles étaient inscrits dans les séries initiales (dates détaillées en tête de nombreuses inscriptions)
Le compte long, ou décompte des jours sur une période d'environ 5125 ans (soit 13 baktunob (1 872 000 jours), destiné à la datation des événements historiques (successions, batailles), qui se subdivisait ainsi :
- le kin, jour
- le uinal, période de 20 kinob (20 jours)
- le tun, période de 18 uinalob, soit environ un an (360 jours)
- le katun, période de 20 tunob, soit environ 20 ans (7 200 jours)
- le baktun, période de 20 katunob, soit environ 394 ans (144 000 jours)
- le pictun, période de 20 baktunob, soit environ 7885 ans (2 880 000 jours)
- le calabtun, période de 20 pictunob, soit environ 157 700 ans (57 600 000 jours)
- le kinchiltun période de 20 calabtunob, soit environ 3 millions d'années (1 152 000 000 jours)
- le alautun, période de 20 kinchiltunob soit environ 63 millions d'années (23 040 000 000 jours)
- le cycle novénal ou cycle des « seigneurs de la nuit », d'une période de 9 jours ;
- le cycle des phases de la lune ("âge de la lune" et numéro de la lunaison).

Autres cycles de nature calendaire :
- Compte court utilisé à la place du compte long depuis le classique terminal jusque durant la période coloniale.
- Cycle sidéral de Vénus.


Le nombre 20 apparaît fréquemment dans le calendrier, car les Mayas utilisaient un système de numération positionnelle en base de 20.
Le tzolk'in et le haab continuent à être employés par les Mayas Quichés.
Les corrélations entre ces calendriers sont parfaites et attestées par toutes les inscriptions mayas retrouvées. Par exemple, on sait avec certitude que le jour appelé 9.12.11.5.18 au Compte long (soit "9 baktun", "12 katun", "11 tun", "5 uinal" et "18 kin" depuis l'Époque du Compte long) correspond à 11 Yax au Haab et 6 Etznab au Tzolkin, jour de la mort de Pacal I er, seigneur de Palenque, premier Seigneur de la Nuit.
Correspondance avec les autres calendriers :
Joseph T. Goodman, Juan H. Martínez Hernández et J. Eric S. Thompson ont proposé, en 1950, sur la base du recoupement de données variées, la corrélation suivante entre le calendrier maya et le calendrier grégorien (standard international actuel, cf. ISO 8601 ), qui a été confirmée par diverses autres données ultérieures ( évasif ) et sert de référence à la plupart des spécialistes sous le nom de corrélation G M T 4 :
la date 0.0.0.0.0 du compte long maya correspond au 11 août 3114 av. J.C. (date maya : 4 ahau 8 cumuk), soit le jour julien 584283 (sensiblement à partir du lever du soleil sur un fuseau horaire pour l'Amérique).
la date 9.12.11.5.18 du compte long maya correspond au mercredi 29août 683 du calendrier grégorien.
La corrélation Thompson décale la corrélation GMT de deux jours, fixant la date initiale du compte long au 13 août 3114 av. J.C..
De nombreuses autres hypothèses de corrélation ont été publiées, mais elles ne servent pas de référence aux mésoaméricainistes.



Source : Wikipédia et divers ouvrages dont certains que je ne possède plus.
Images : Google images / Wikipédia



_________________
https://www.facebook.com/pages/Support-Chief-Raoni/206875702683503

https://www.facebook.com/raoni.com.fr

PETITION A SIGNER CONTRE BELO MONTE QUI CAUSERA LA MORT DES ABORIGENES D AMAZONIE ET TOUT CE QU ILS DEFENDENT ! MERCI !


http://amazonwatch.org/take-action/stop-the-belo-monte-monster-dam

Site Officiel : http://www.foretvierge.fr/

Revenir en haut Aller en bas
 
MAYAS : CALENDRIER TZOLKIN
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» civilisation maya
» Les indices Mayas, le calendrier des 13 lunes
» Roland Emmerich: Le Film d'après le calendrier Maya 2012 ! Attention les yeux...
» 2012 les mayas les oppy etc...sont-ils tous des fou?
» Où trouver un calendrier de l'avent en feutrine/tissus?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Au Bois des Eldars - Le forum :: Merveilleuses Mythologies :: Mythologies de l'Amérique :: Le monde de l'Amérique Précolombienne :: Les Aztèques, Mayas et Incas... :: Les Mayas...-
Sauter vers: